Stratégie positive de gestion de crise

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

« Un yin, un yang, c’est le Tao ! »

La sagesse taoïste nous apprend que tout fonctionne en cycle ; ainsi quand une chose se termine, c’est pour donner sa chance à une nouvelle opportunité de se développer.

Ce confinement que nous vivons engendre des dysfonctionnements massifs, et aura certainement des conséquences durables sur notre économie, nos habitudes de travail, notre rapport à la nature, l’importance de nous donnons aux humains, et j’en passe.

 C’est la tempête!

Nous n’en sommes pas encore à la fin de la première semaine de confinement et déjà de nombreux effets négatifs se font ressentir :

  • Solitude pour certains
  • Promiscuité pour d’autres
  • Ennui
  • Difficultés à gérer toutes les activités de la famille en même temps
  • Manque d’activité physique
  • Baisse de moral
  • Etc.

Nous attendons que les choses se calment pour nous re-poser.

Sommes-nous si sûr que nous retrouverons les choses exactement comme nous les avons laissées ?

Pour certains, oui, le quotidien reprendra rapidement son rythme habituel ; et encore, c’est sans compter les interactions extérieures. Pour d’autres, de nombreux bouleversements sont à attendre.

Le changement que nous sommes train de vivre est l’abandon impératif d’un système qui ne convenait plus mais que nous avions tous peur de perdre sous peine de bouleverser nos fameuses zones de confort.

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. »

La loi fondamentale de chimie exprimée par Lavoisier devrait nous rassurer :

  • Nous ne perdrons pas notre nature, mais nous allons apprendre à l’aimer différemment.
  • Nous ne perdrons pas notre travail, mais nous allons apprendre à avoir une activité autrement bénéfique pour la société.
  • Nous sommes confinés et nous prenons conscience de l’importance des liens humains.

De nombreuses personnes connaissent cette fameuse courbe de Kubler Ross, dite courbe du deuil, et nous savons grâce à elle que le creux de la vague nous attend (il n’est peut-être à l’heure actuelle pas encore passé, mais c’est une autre question), et qu’il sera suivi par un regain.

Stratégie positive

J’aimerais poser quelques constats de la dynamique de changement qui peuvent nous aider à tenir notre cap et  lancer à chacun un défi positif qui nous fera individuellement le plus grand bien, et que nous aurons plaisir à partager dans quelques semaines :

  • PENSER AUTREMENT : Dans une dynamique de changement, les préceptes de base de l’ancien système sont bouleversés et nous sommes appelés à penser autrement (« out of the box » comme dit l’adage anglophone) pour trouver des solutions adaptées à ce qui nous attend.
  • ESSAYER, AUTORISER, APPRENDRE : La bonne solution vient rarement du premier coup et aucune des tentatives n’est une erreur, elles sont toutes une des étapes vers la réussite.
  • RÉFLÉCHIR EN COLLECTIF EST PLUS EFFICACE, IL FAUT S’ORGANISER : On a toujours plus d’idées en collectif sous réserve que les conditions de l’intelligence collective soient réunies.
  • POSER LES BONNES QUESTIONS : La solution à un problème est rarement triviale (sinon ce ne serait pas un problème), elle nécessite de poser les bonnes questions sans quoi on risque de retomber dans des solutions appartenant à l’ancien système.

 

Gérons notre crise

Il nous appartient à tous de garder l’espoir dans le fait que nous réussirons collectivement à résoudre cette crise et trouver les décisions adaptées. Si l’on se réfère à l’étymologie, le mot crise vient du grec, crisis, qui signifie « nécessité de discerner et de faire un choix ».

L’heure est donc venue de prendre le temps qui nous est donné pour réfléchir, discerner le bon du mauvais, abandonner l’ancien et laisser venir le nouveau et enfin prendre les bonnes décisions qui gouverneront nos actions.

Il n’y a aucun doute que nous réussirons car nous -l’espère humaine- avons toujours surmonté les épreuves qui nous ont été présentées.

Il est important à mon sens de garder l’espoir que nous retrouverons le -bon- sens en apprenant à revenir à ce qui est essentiel pour soi (individuellement) et pour nous (collectivement).

Loïc Rabault

Laisser un commentaire