Sophrologie : en finir avec le stress au travail

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

par Loïc Rabault – 19/08/2016 –

Depuis les dix dernières années, les indicateurs de santé au travail ont mis en évidence un accroissement important des maladies professionnelles liées au stress (troubles musculo-squelettiques, risques psycho-sociaux etc.). Plusieurs approches globales sont utilisées pour répondre à cette problématique : plans de prévention, amélioration des conditions de travail, évolution des modes de management, etc. D’autres méthodes émergent également, davantage liées au bien-être de la personne, comme par exemple la méditation, la relaxation, la sophrologie, etc. Peut-on considérer ces dernières comme une réponse adaptée au stress au travail ? 

Le coût croissant du stress au travail

« En France, le coût social du stress (dépenses liées aux soins, à l’absentéisme, aux cessations d’activité et aux décès prématurés) se situait en 2007 entre 2 et 3 milliards d’euros. » Etude INRS et Arts et Métiers ParisTech.

« Les chiffres du coût social des TMS (troubles musculo-squelettiques) donnent également le vertige. En 2010, on a recensé 43241 TMS, soit 85 % des maladies professionnelles reconnues par la CPAM. Le coût moyen direct par salarié pour les entreprises (payé par la cotisation AT/MP) avoisinait les 21 000 €, pour une perte cumulée de 9,7 millions de journées de travail. » CNAMTS 2010.

« Un euro investi dans la prévention, c’est 13 euros de bénéfice en plus par salarié dans les cinq ans. » Extraits de La Tribune. Bruno Colin 24/03/2015.

Qu’est-ce que la sophrologie ?

Initialement destinée aux personnes souffrant de pathologies mentales ou comportementales, la sophrologie a rapidement trouvé des applications dans de nombreux autres domaines : préparation mentale aux examens et au sport, accompagnement des opérations chirurgicales, gestion des émotions, préparation à l’accouchement, pensée positive, stimulation des fonction organiques, etc.

Les bénéfices de la sophrologie

Les personnes qui pratiquent régulièrement des exercices de sophrologie sont de nature plus détendue et plus calme, elles ont tendance à être plus en empathie avec leur entourage et à chercher des solutions pragmatiques. Grâce aux exercices de respiration et d’écoute corporelle, il est plus facile de ressentir l’arrivée d’un stress et d’y répondre du mieux possible pour éviter ses effets négatifs. En pratiquant régulièrement, la qualité du sommeil s’améliore également, nous gagnons en confiance et en connaissance de soi, et il est plus facile d’aborder ensuite d’autres techniques de développement personnel (communication, management etc.).

Les études récentes des neurosciences (cultivons l’optimisme) montrent les bénéfices de la pensée positive sur la mémoire, la qualité du sommeil, l’humeur, etc.

En quoi la sophrologie est-elle bénéfique dans l’environnement professionnel ?

L’environnement professionnel comporte de nombreuses contraintes rendant difficile la pratique d’exercices de sophrologie : horaires de travail, culture d’entreprise, espaces disponibles adaptés, regard des autres… Malgré cela, il reste possible d’introduire de nouvelles habitudes dans le rythme d’une journée de travail. On peut par exemple se réserver quelques minutes pour se mettre en condition si on arrive tôt le matin avant ses collègues ou encore au retour de la pause déjeuner. Même pendant le travail ou en réunion, certains exercices sont parfaitement adaptés et permettent même de maintenir sa concentration en toute discrétion!

5 étapes pour réussir

Les pratiques de bien-être telles que la sophrologie, la méditation et le qigong rencontrent souvent des freins liés à la culture d’entreprise : rétiscences managériales, résistances personnelles, etc.

L’apprentissage des pratiques de bien-être doit rester basé sur le volontariat et laisser la liberté aux employés d’y participer.

C’est pourquoi, le programme bien-être proposé par Zenconseil est orienté vers un apprentissage simple et pragmatique. Quelques séances sont suffisantes pour acquérir les techniques « anti-stress » essentielles à pratiquer soi-même. Mais la démarche va au-delà de simples sessions de pratique, elle doit s’inscrire dans une vision managériale du bien-être au travail des salariés.

Le programme se déroule en 5 étapes :

1- Préparation : Un entretien avec le management pour établir les conditions favorables d’apprentissage et préparer ensemble la communication interne sur la démarche.

2- Session test : Une session découverte avec un groupe de participants volontaires (jusqu’à 12 personnes).

3- Retour d’expérience : Partage du retour d’expérience avec d’autres employés et les managers : objectifs concrets et bénéfices attendus d’une généralisation. Cette session est animée dans un format agile facilitant les échanges, les forces et les freins ressentis.

4- Plan d’action : Planification d’actions concrètes sur une durée de 3 mois.

5- Bilan : Bilan après 3 mois d’expérimentation avec les salariés ayant testé les séances et les managers. Itération de solidification de la démarche selon les objectifs fixés par le groupe…

 

à lire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *