Bien vivre son confinement – 3 astuces pour rompre la monotonie

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Cela fait maintenant une semaine que nous sommes confinés chez nous.

Je ne sais pas comme ça se passe pour vous, mais de mon côté, j’irais presque à dire que c’est génial car j’ai réussi à faire plein de choses que je repoussais et que j’ai enfin pu prendre le temps de faire.

Je vous passe les tâches du genre faire les carreaux de ma cuisine ou encore nettoyer mon balcon, mais je suis quand même super fier de mettre remis à courir, j’ai fait 2 petits km autour de chez moi -en respectant les consignes sanitaires bien sûr- et j’avoue que cela m’a fait un bien fou.

Mais j’avais aussi des projets à mettre en place comme le fait de transmettre des outils pratiques d’organisation, des pratiques de santé et je suis super content d’avoir commencer ces projets.

 

Ce qui m’a marqué pendant les premiers jours de ce confinement c’est que j’ai eu l’impression que les problèmes s’inversaient :

  • Des journées qui passent à une vitesse grand V, j’ai eu l’impression qu’elles ne finiraient jamais.
  • De l’impression d’être sans cesse interrompu dans mes tâches, j’ai eu l’impression que le temps durait éternellement.
  • Des projets importants se sont trouvés annulés du jour au lendemain et la notion de priorité s’est trouvé complètement chamboulée.

 

Je ne sais pas si vous avez ressenti cette sensation, comme si le temps s’était mis à changer de vitesse ; de mon côté cela m’a questionné sur ce que je pouvais faire pour

  • mieux gérer mon temps,
  • organiser mes priorités,
  • rompre la monotonie.

Je me suis dit que finalement, la question n’est pas tant de savoir si j’ai trop ou pas assez temps, mais

Quelles sont mes priorités sur le temps qui n’est donné ?

J’ai rééxaminé les lois du temps et j’en ai retenu 3 points qui me semblent essentiels :

Les délais

« Quelque soit le temps que vous allez vous donner pour faire une chose, vous le dépasserez ! »

La loi de Murphy explique que si quelque chose peut mal se passer, alors cela se passera mal.

Il ne s’agit pas de dire qu’il faut ignorer l’extérieur.

Si vous recevez un appel, il est sûrement préférable de répondre ; si votre enfant vous sollicite, c’est qu’il a besoin de vous ; s’il y a des changements de décision, il faut bien sûr en tenir compte.

Pour gérer cela, voici ce que je retiens :

  • Se fixer des délais et faire un point d’avancement régulièrement.
  • Découper les tâches en micro-tâches et les répartir sur la journée ou même sur plusieurs jours.
  • Garder du temps pour les imprévus.

 

Passer de la quantité à la qualité

« Il n’y a pas de corrélation entre l’importance de l’action et l’ampleur de l’impact. »

Dans les missions que je peux conduire, je suis toujours effaré de voir des projets avec des dizaines et des dizaines de fiches action à réaliser ; et de constater l’étonnement, au moment de l’évaluation, que tout n’a pas pu être accompli. Dans de nombreux cas, le temps passé en réunions et en écriture est supérieur au temps réel d’action. Les équipes opérationnelles vraiment concernées par les changements mis en œuvre sont oubliés dans les prises de décisions importantes alors qu’elles sont concernées au premier plan par les effets directs des changements.

Pour changer de paradigme, je recommande d’appliquer la fameuse loi de Pareto : 20% des actions engendrent 80% des résultats. Dans une dynamique de changement, elle est cruciale pour ne pas essouffler.

Comment l’appliquer concrètement ?

Être économe de son temps et faire le moins de choses possibles ; mais viser l’impact maximum. Cela revient à adopter une vision taoïste de l’efficacité : le principe de l’inaction. Dit autrement selon le principe d’agilité : « maximiser les tâches non faites ». Cela peut surprendre mais vous serez étonnés de voir à quel point cela fonctionne. Quand vous agissez au bon endroit, le système global est suffisamment modifié pour requestionner les autres actions envisagées.

 

Respecter son rythme

Notre énergie est régulée par notre rythme biologique. Nous avons ainsi le cycle circadien qui équilibre notre temps de sommeil et d’activité sur 24h.

Nous avons aussi plusieurs rythmes ultradiens qui se répètent plusieurs fois par jour. Nous n’avons en effet pas toujours la même attention au cours de la journée ou pendant une réunion.

C’est pourquoi, je conseille toujours à mes clients de réduire la durée des réunions, quitte à en faire plus souvent. Le but est d’augmenter le temps d’attention.

Pour respecter votre rythme, vous pouvez travailler en décaler : Si vous avez des tâches importantes pour lesquelles vous avez besoin de toute votre concentration, vous pouvez travailler tôt le matin ou tard le soir.

Personnellement, j’adore travailler tôt le matin car j’ai toute mon énergie disponible et je peux travailler tranquillement en bénéficiant d’un temps vraiment précieux pour moi.

Faites des pauses régulièrement et si vous voulez casser la monotonie du confinement, intercalez des activités ludiques ou sportives pendant 5 à 10 min, cela rechargera vos batteries tout en restant dans l’action.

 

Pour résumez, si vous avez besoin de

mieux gérer votre temps,

réorganiser vos priorités,

casser la monotonie,

 

voici mes 3 conseils :

Mettez-vous des délais,

découpez vos tâches en micro-tâches,

allouez-vous des pauses.

Passez de la quantité à la qualité,

réduisez le nombre de tâches et augmentez leur impact.

Respectez votre rythme,

profitez-en pour rechercher vos temps d’efficacité maximale.

 

Prenez soin de vous,

 

Loïc Rabault

Coaching et formation en intelligence émotionnelle

Praticien certifié de l’Elément Humain (LHEP)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *