Pratiquer le Tao

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Après plusieurs années de pratique de l’Aïkido, j’ai découvert -par hasard- le Qigong en 2003.

Cette pratique a été pour moi une révélation car elle répondait à tout ce que je recherchais dans une pratique corporelle de santé : être à la fois tonifiante et assouplissante pour le corps, ne pas être qu’une série d’exercices physiques dont on se lasse facilement.

J’ai ainsi mis les pieds dans la convention des arts classiques du Tao regroupant plus de 50 structures associatives dans toute la France et même quelques-unes à l’international avec des enseignants au Québec, en Italie et dans les DOM TOM. Héritant d’une tradition dans toute la logique de la transmission orale, avec sa lignée de Maîtres, ses influences, cette convention bénéficie d’une richesse de pratiques et d’enseignements structurés et codifiés dans plusieurs ouvrages par son fondateur Georges Charles.

J’ai ouvert un livre qui se s’est jamais refermé et a diffusé sa pensée dans toutes mes activités, professionnelles et personnelles : mode d’organisation, relations humaines, alimentation, pratiques sportives, etc.

Cette pratique m’a amené à ouvrir d’autres portes : diététique énergétique chinoise, méditation, sophrologie, hypnose ericksonienne, intelligence émotionnelle.

La pensée taoïste qui porte cette pratique n’est pas compliquée. On pourrait même dire qu’elle est élémentaire.

« Un yin, un yang, c’est le Tao ».

Mais elle a cette spécificité d’être comprise dans une vision systémique, circulaire, intégrative :

On peut résumer la pratique à « une intention ». C’est basique mais pas faux.

On peut ouvrir une page avec un recto et un verso : le yin et le yang. Cela prend un peu de clarté mais semble relativement binaire. C’est une erreur souvent commise. Cette vision yin/yang n’est pas inscrite dans un tableau mais dans un cercle ; elle invite donc à la pensée circulaire, complémentaire, à l’enrichissement mutuel.

Et puis on peut continuer à tourner les pages, arriver sur les 3 niveaux de compréhension, 4 directions, 5 éléments, 6 influences, etc.

A chaque niveau correspond un éclaircissement de la vision, c’est comme passer du plan dessiné à la main sur une feuille -c’est correct et on s’y retrouve dans les grandes lignes- à la carte IGN -tout y est mais à la première lecture cela peut sembler un peu dense.

L’approche taoïste est une carte avec plusieurs filtres de lecture. Certains explorent les lignes de niveaux, d’autres les distances, certains les découpages territoriaux, d’autres encore recherchent les randonnées…

A chacun sa voie.

 

Loïc Rabault

Pratiquant et enseignant certifié des arts classiques du Tao

Facilitateur en intelligence collective

Praticien certifié de l’Elément Humain (LHEP)

Sophrologue relaxologue

Hypnothérapeute diplômé de l’IFHE et l’INCTB

Fondateur de Zen Conseil : Cabinet de coaching et formation en intelligence émotionnelle

 

 

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

Laisser un commentaire