Le chemin commence par un pas

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Notre quotidien transporte toujours son lot de situations agréables et désagréables. Cette première impression qui nous semble la plupart du temps « objective » est en réalité issue d’un jugement le plus souvent inconscient. En effet, ce jugement s’appuie sur nos valeurs propres (culturelles, familiales, personnelles) construites tout au long de notre propre histoire, qui nous servent de référentiel pour vivre au jour le jour.

90% de nos réactions sont inconscientes et basées sur ces valeurs propres. Dans la grande majorité des cas, nous n’avons pas conscience des schémas que nous reproduisons car il font partie de notre histoire.

Une grande partie de nos schémas sont positifs et nous entretiennent dans des relations saines. Mais quand des situations sont un peu plus difficiles à gérer, nous faisons appel à des mécanismes de sauvegarde, de traitement de l’urgence et nous ne sommes pas toujours au mieux de notre bonne conscience dans ces situations !

to do

Il y a deux éléments intéressants dans cette histoire : un constat et une bonne nouvelle…

  • Le constat est que nous avons mémorisé tout ce qui nous est arrivé à un niveau plus ou moins conscient. Ce qui nous a semblé inutile a été éliminé. Ce qui a été gardé a été sauvegardé dans notre mémoire cellulaire : notre corps. Nous sommes donc corporellement le livre ouvert de notre histoire.

Cette mémorisation passe par des filtres :

1- qu’est-ce ? C’est le filtre sensitif : tout passe par nos sens. Nous devons donc accepter en premier lieu que ce que nous avons mémorisé n’est pas la réalité, mais ce que nous en avons perçu!

2- est-ce bon ? Notre premier jugement interne est un jugement émotionnel. L’analyse raisonnable ne vient que dans un second temps.

2- est-ce utile ? Si oui, je garde, si non, j’élimine. Ce choix n’est généralement pas conscient.

  • La bonne nouvelle est que notre corps est présent et accessible, nous pouvons lui demander de parler, il le fait d’ailleurs très bien tout seul. Nous pouvons lui demander de nous restituer une parcelle de notre histoire pour y faire quelques ajustements de retraitement des données. C’est le rôle de l’équilibrage psycho-corporel qui intervient progressivement avec l’avancement de notre pratique.

sophrologie chemin

« Quand deux chemins se présentent, prend le plus difficile. » adage Zen.

Comment fonctionne notre processeur interne ?

Nous activons en permanence des molécules messagères, dont il existe une centaine de variétés dans notre organisme qui activent tous nos systèmes physiologiques (immunitaire, nerveux, sympathique et parasympathique, etc.). Ces systèmes régulent à leur tour l’ensemble de nos fonctionnements physiologiques, neuronaux, comportementaux, etc.

Par ailleurs, le renouvellement cellulaire de notre organisme a pour conséquence que l’ensemble de notre organisme change en permanence : il n’y a pas une cellule active dans notre organisme aujourd’hui qui était présente il y a 6 mois et qui le sera encore dans 6 mois. En conséquence, tout ce que nous apportons comme intention consciente se transforme peu à peu en un état physiologique bel est bien matériel et réel : Nous avons ce pouvoir sur notre corps !

A toi qui veut éclairer ton avenir

Tu as la possibilité de retrouver ton canal de communication avec ton être intérieur et d’y nourrir la graine de vie positive et bienveillante qui s’est laissée voiler par des émotions négatives accumulées tout au long de ton histoire. Il n’est pas indispensable d’être malade pour faire ce travail, au contraire, plus on fait ce travail d’éclaircissement tôt, meilleur sera notre quotidien.

Pourquoi ce chemin est-il long et difficile au premier abord ?

Si j’achète un terrain en friche dans l’intention de le transformer en green de golf, je risque d’avoir un certain nombre de déchets lourds et polluants à éliminer avant de pouvoir accéder à l’intégralité de mon terrain. Je devrais ensuite en retirer une à une les mauvaises herbes, pour finir pouvoir entretenir un gazon sain et prospère. Dans cette situation, si j’ajoute des produits toxiques, ils risquent de polluer également le gazon que je viendrai planter par la suite.

C’est pourquoi le travail « au naturel » est si long, mais les résultats sont à la hauteur des difficultés surmontées. Nous avons juste besoin de développer notre détermination à prendre soin de notre terrain et lui assurer une vie longue et saine

Quel est ton potentiel ?

Tout terrain a le potentiel d’être un green de golf. Donne-toi le temps pour mettre en place de nouvelles habitudes et tu trouveras rapidement les bénéfices de ton investissement.

 

Pour me contacter et prendre un premier rdv gratuit :

06.80.21.35.64 – contact@zenconseil.fr