Confinement et résilience – le passage du marqueur émotionnel

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

« A la réussite de toute chose, deux étapes sont importantes : la préparation et la clôture. » Proverbe chinois.

Cela fera bientôt 3 semaines que nous sommes en confinement et maintenant les habitudes se sont installées. Sans encore trop savoir combien de temps au juste durera cette période, nous nous disons que nous serons vraiment heureux de sortir de chez nous.

Chacun y va de ce qu’il fera dès sa sortie : retrouver les amis, faire du sport, faire les magasins…

Est-ce que la sortie sera si facile que cela ?

Ne devrions-nous pas nous préparer à sortir de ce confinement comme nous nous sommes préparés -certes un peu dans l’urgence- à y entrer ?

Un point essentiel en effet qui différencie l’entrée de la sortie de ce confinement est que cette fois-ci nous pouvons nous y préparer, l’anticiper.

 

Rompre le jeûne, attention à l’indigestion

Lorsque l’on fait un jeûne alimentaire, on installe l’organisme dans un fonctionnement intériorisé particulier qui modifie tout le fonctionnement organique et psychologique de l’individu. Sans évoquer les bénéfices du jeûne car ce n’est pas ici le propos, j’aimerais attirer l’attention sur le fait que l’on ne sort pas d’un jeûne de manière ordinaire en reprenant ses habitudes dès le premier repas.

L’organisme a besoin d’un temps de réadaptation.

Si l’on ne veut pas subir à la sortie du confinement un stress équivalent à celui vécu à l’entrée, il est bien nécessaire de s’y préparer tant corporellement que mentalement. Qui plus est, après une période de 3 semaines, l’activité cérébrale a commencé à enregistrer via les marqueurs somatiques les nouvelles habitudes :

  • Horaires
  • Interactions sociales (famille ou solitude)
  • Rythme de de travail
  • Alimentation
  • Interactions professionnelles

Ainsi, nous avons naturellement appris à nous adapter à une situations en mode dégradé en mettant en œuvre des fonctionnements physiologiques, corporels, mentaux, émotionnels qui s’installent dans la mémoire longue ou dure.

Et ce qui est dur dure.

Réussir son retour

Pour revenir au fonctionnement ordinaire, qui on le sait ne sera pas vraiment « comme avant » à plusieurs égards, il me semble important d’opérer ce retour avec circonspection.

  1. Prendre du temps pour soi : chacun aura besoin de vivre en son for intérieur les changements ressentis. Ainsi, même si nous aurons tous une énorme envie de nous retrouver et célébrer enfin ce « retour à la normale », gardons aussi ces temps de réalignement intérieur pour ne pas subir une forme de dépression compensatoire.
  2. Donner du temps aux autres : ce qui valable pour soi l’est aussi pour l’autre. Par conséquent, que ce soit dans les relations au travail, en famille ou avec les amis, il nous faudra aussi faire preuve d’une certaine patience afin de laisser à l’autre la le temps de vivre sa propre réadaptation.
  3. Garder certaines nouvelles habitudes : c’est l’occasion de requestionner nos pratiques  à la maison et au travail. Que ce soit dans les modes de travail que nous avons développés, notre propre organisation personnelle, dans la relation parent-enfant, notre alimentation, nous aurons naturellement adopté de nouveaux fonctionnements tout-à-fait bénéfiques ; pourquoi alors ne pas les garder ?
  4. Rétablir progressivement les anciennes pratiques : le sport, les sorties, les loisirs, le restaurant, le shopping, les déplacements sont autant de pratiques qui auront été largement réduites et que chacun aura plaisir à reprendre à son niveau. Néanmoins, je pense qu’il est sage de ne pas reprendre tout, tout de suite. Cela risquerait de provoquer un stress inverse et génèrerait un sentiment désagréable d’inadaptabilité à son propre environnement.
  5. Partager et tirer les leçons : En conclusion en quelques sortes des 4 points précédents, quand cela est opportun, une excellent habitude serait de prendre (ou conserver) des temps d’échange au travail travail et à la maison, avec ses amis pour parler des ressentis pendant cette période de confinement, des leçons apprises sur soi et sur les autres, des choses que l’on a envie de conserver et d’autres dont on peut finalement assez bien se passer, etc.

 

En conclusion, 5 conseils pour sortir sereinement du confinement :

  • Prendre du temps pour soi
  • Donner du temps aux autres
  • Garder certaines nouvelles habitudes
  • Rétablir progressivement les anciennes habitudes
  • Partager et tirer les leçons

Loïc Rabault

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *